Toxicologie du 21ème siècle

 
Il existe entre autres deux raisons pour faire cesser les tests sur les animaux :
 
Leur cruauté – la plupart des tests pratiqués sur les animaux sont effectués sans anesthésie ou analgésie, or les substances toxiques peuvent causer des souffrances intenses et prolongées. Même si la loi impose des standards minima en termes de confort et d’élevage, cela ne permet pas d’éliminer la peur et la souffrance que ressentent les animaux de laboratoire au quotidien.
 
Leur manque d’efficacité – la biochimie, la physiologie, la taille et l’espérance de vie des animaux varient en fonction de l’espèce, voire même de la race, et affectent la toxicité des substances testées. Les substances qui affectent les souris et les rats ne sont pas forcément sûres pour les humains, et inversement. Certaines substances chimiques considérées comme sûres après avoir été testées sur les animaux ont dû être retirées du marché en raison de leurs effets sur les humains.

 

Toxicologie du 21ème siècle

 
Le programme de toxicologie du 21ème siècle, Tox21, propose une nouvelle approche d’évaluation de la toxicité qui enthousiasme les toxicologues, activistes et entreprises du monde entier. Cette approche a été rendue possible par les progrès de la biologie, de la génétique, de l’informatique et de la robotique.

Le programme étudie principalement les voies de pénétration toxicologiques humaines et les séquences des changements moléculaires à l’intérieur des cellules après exposition à une substance chimique toxique. Une fois ces mécanismes d’action moléculaires identifiés pour les différents groupes de substances chimiques et différents types d’effets toxiques, l’informatique permet de déterminer les étapes clés qui sont ensuite utilisées pour concevoir des tests ne faisant pas appel aux animaux.

Un nombre considérable de ces nouveaux tests sont menés pas des robots, permettant de réduire les coûts des tests chimiques, ce qui permet d’augmenter le nombre de substances testées. Ils garantissent des produits mieux adaptés à l’homme, et non aux souris, rats ou lapins, et expliquent les causes sous-jacentes de la toxicité.

Contrairement aux tests menés sur les animaux, ces nouvelles méthodes d’évaluation contribueront à prédire la variabilité d’un être humain à l’autre et les différents effets sur les embryons, les enfants et les adultes. Une fois la supériorité scientifique de cette nouvelle approche reconnue, les tests sur les animaux deviendront obsolètes et seront remplacés.

Pour plus d’informations, veuillez consulter :

Humane Society International (vidéo)

Academia Nacional de Ciencias de la Introducción (pdf de 3 pages)

Documento de Proyecto Toxicología Humana (pdf de 2 pages)

Academia Nacional de Ciencias de EE.UU. (livre de 196 pages)